6 secteurs que la 5G va révolutionner dans le paysage des services de secours

*Un article de Bertrand Casse 

A l’aube du déploiement de la 5G sur le territoire français (prévu pour 2020), l’EENA a publié un rapport sur les bénéfices de la tant attendue 5ème génération de réseau mobile pour les services d’urgence.

Au-delà de sa première mission d’accélérer la transmission de données en situation de mobilité, l’EENA, organisme de promotion du numéro d’appel d’urgence, met régulièrement en avant les innovations les plus récentes et les plus utiles aux professionnels de l’urgence.

Selon le rapport « 5G Technology in Emergency Services », le développement de la 5G serait plus que bénéfique et aurait des conséquences non négligeables dans les domaines suivants. On pourrait ainsi espérer une prise en charge plus rapide sur des lieux d’intervention et plus de vies humaines sauvées. Plus qu’une question sociétale, il s’agit pour l’EENA de démontrer l’enjeu vital de la question de la 5G bien trop souvent relégué au second plan.

 

  1. De la protection des particuliers à la sécurité du domicile

La domotique fait partie intégrante de l’objectif sécurité de la 5G. En effet, le recours aux objets connectés est de plus en plus systématique et intuitif au sein de notre quotidien. Il était donc normal de l’envisager pour une solution sécuritaire à domicile.

Capables d’alerter les équipes de surveillance, de secours tout comme le propriétaire du domicile en cas d’absence, les usages sont multiples et pourront à terme prévenir de cambriolages, d’incendies ou même d’accidents domestiques quand on sait que 9300 personnes de 65 ans et plus décèdent chaque année des suites d’une chute.

De nos jours, les alarmes sont déjà connectées aux services de gardiennage dans le but de gagner en rapidité. Demain, on pourra généraliser l’automatisation de l’appel aux secours lorsqu’une intrusion aura été détectée ou qu’une personne aura besoin d’assistance médicale.

 

  1. La géolocalisation, clé de voûte du trafic routier

Pour les services de secours, la 5G n’a qu’un but accélérer les prises en charge sur le terrain. Cela peut se traduire par une aide à la prise de décision grâce à la visibilité du trafic en temps réel.

Avoir l’état du trafic grâce à un outil de géolocalisation collaboratif n’est pas chose impossible. Waze, Google Maps et d’autres applications de mapping proposent déjà un système qui permet de signaler les incidents.
Pourquoi ne pas le faire pour prévenir de l’approche d’une ambulance ou tout autre véhicule de secours ? Un geste citoyen qui pourrait permettre à ces applis collaboratives d’aider les services de secours et de sauver des vies en leur facilitant la route.

De même, ce service de géolocalisation doit être aussi et surtout disponible pour les véhicules d’urgence comme les ambulances ou les camions de pompiers afin d’avoir un outil capable d’adapter un itinéraire en fonction de l’évolution du trafic. Rappelons que dans leur rapport annuel de 2018, les pompiers estiment à 13 minutes en moyenne le délai d’intervention entre l’appel et l’arrivée des secours).

 

  1. La sécurité sous surveillance

Par l’utilisation de fichiers audio et vidéo pris dans l’espace public, l’Etat veut garantir la sécurité de ses citoyens. On parle d’ailleurs aujourd’hui plus de vidéoprotection pour bien différencier l’usage bienveillant de l’abus.

Ce système a déjà été éprouvé dans plusieurs villes de France malgré les critiques qui crient à l’atteinte à la vie privée. En France, 6000 communes sont équipées selon le magazine Les Echos. La ville de Nice compte d’ailleurs 1 caméra pour 160 habitants !

Si la vidéoprotection n’a pas besoin de la 5G pour fonctionner, la mise en réseau des appareils connectés fait l’objet des toutes les attentions dans le domaine de la surveillance. La connectivité est en effet le véritable enjeu. Comment croiser les informations de caméras, bases de données, et de capteurs entre eux ?

L’étendue des données de masse générées par ces captations rendent la question épineuse. Et c’est justement là que la 5G intervient. Des solutions de stockage et de traitement peuvent être optimisées par le développement de la 5G : cloud, edge computing, data centers… Réaliser un recoupement d’informations, croiser des données serait ainsi plus rapide afin d’appréhender ou prévenir toute situation à risques.

 

  1. Voitures connectées : vers des véhicules intelligents et autonomes

Imaginez-vous en voiture avec un véhicule qui prédit vos moindres faits et gestes !

Quand s’arrêter pour prendre de l’essence, conduite assistée, proposition de nouveaux itinéraires déterminés en fonction du trafic, de la météo ou la dangerosité des routes, alerte prévenant de pannes ou dysfonctionnements… tout cela sans que vous ayez à le demander.

En somme, une voiture intelligente qui veille sur votre sécurité (routière) et améliore l’expérience automobile. Des initiatives sont déjà mises en œuvre avec des tableaux de bord intelligents pour éviter les accidents qui restent en France particulièrement nombreux (plus de 58.000 en 2018 dont plus de 3400 se sont révélés mortels selon les chiffres de l’ONISR* – Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière).

 

  1. Drones + 5G = mission secours

Les secours d’urgence (pompiers, équipes de secours en cas de catastrophe naturelle, …) sont les plus concernés par l’usage des drones.

Pour précision, les drones ne représentent pas une innovation en soit. En revanche, on les utilise déjà pour réaliser des opérations à risques. L’exemple le plus probant reste celui de l’incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris le 15 avril 2019. Des drones avaient été envoyés afin de vérifier l’étendue du feu et déceler les foyers propices à un départ.

2 situations nécessitent ainsi l’utilisation de drones :

  • réaliser des captations vidéo en temps réel de manière préventive afin d’évaluer les situations sans mettre en danger les équipes de secours
  • apporter du matériel de secours dans des zones à risques ou difficiles d’accès pour les professionnels de secours.

C’est là que la 5G entre en jeu : la transmission d’images en temps réel ouvre un champ des possibles encore inespéré. Pratiques, les drones sont également plébiscités par les services d’urgence pour protéger les populations mais également les professionnels de secours que l’on peut réquisitionner pour des postes plus stratégiques que la machine ne peut pas (encore) remplir.

 

  1. Santé : entre déserts médicaux et zone blanche

Si la santé concerne tout le monde, on déplore trop souvent les déserts médicaux dans les régions rurales et plus particulièrement, le manque de spécialistes. La 5G est très clairement attendue sur ces sujets.

Des solutions comme la visio-conférence sont rendues possibles grâce à la 5G et permettront bientôt de procéder aux visites médicales et pallier l’absence de médecins en zone rurale mais également pour des questions d’accessibilité.

Dans la même veine, la 5G pourrait faciliter la mise en place d’opérations à distance grâce au streaming. Le but n’est pas d’automatiser ce type d’interventions mais bien de faciliter la mise en réseau de spécialistes internationaux et le partage d’informations.

D’aucuns voient déjà la 5G comme l’ultime révolution après celles du secteur de l’agriculture et de l’industrie. Touchant tous les secteurs et révolutionnant les habitudes des consommateurs et les modes opératoires professionnels, la 5G est un vrai bouleversement pour nos sociétés. Elle est attendue par une population qui se montre ouverte et même impatiente de ce qu’ils voient déjà comme une amélioration de leur qualité de vie : un réseau plus rapide, des objets de plus en plus intelligents pour un quotidien plus autonome et assisté.

 

Pour les services de protection et de secours, l’arrivée de la 5G est providentielle. Nous travaillons d’ailleurs en ce sens sur le routage des appels d’urgence via notre plateforme GHALE. Cependant, nos efforts sont conditionnés par la mise en place d’une couverture totale du territoire, ce qui entérinerait la fin définitive des zones blanches.

L’enjeu d’ordre vital ne peut souffrir d’aucune exception. Si le déploiement est imminent, aucune information n’a pour l’instant été dévoilée sur le délai de mise en place d’un tel réseau.

 

 

*Un article de Bertrand Casse

Bertrand Casse travaille depuis 7 ans chez Deveryware. Il occupe la fonction de Directeur Opérationnel de la plateforme de routage des App d’urgence GHALE et s’occupe également de la conformité de cette plateforme à la norme PEMEA (Pan European Mobile Emergency Application).

Il est également membre du Comité Opérationnel de l’EENA (European Emergency Number Association) et y officie en qualité de Vice-Président sur les questions opérationnelles et techniques liées au services d’urgence.